vin bière match

VIN OU BIÈRE ? UN MATCH PAS BATEAU ! #14

C’est sur la terrasse ensoleillée du Star Ferry, en bord du Rhône, que nous avons fait gloupser Claude Roberi, patron du lieu et Marc Ribot, de l’appli Shoops ! Ces deux amateurs de bière nous ont livré leur vision des nouvelles tendances « mousse » et se sont prêtés au jeu de la comparaison avec le vin.

équipe Shoops

De gauche à droite : Marc Ribot (Shoops), Olivier (Star Ferry), Claude Roberi (Star Ferry), Frédéric Laurent, David Catarinetti, Sébastien Brenner (RAD)

Commençons par parler vin ! Quelles sont vos préférences dans le domaine ?

Claude Roberi : Sans être un grand connaisseur, je partirais plutôt sur un Pinot noir, de Bourgogne ou d’Alsace ! Et je dois dire que je l’apprécie avec toutes sortes de plats.

Marc Ribot : D’une manière générale, je suis plus rouge que rosé ou blanc et ma préférence va au Sancerre rouge, que je trouve doux et facile. Je n’ai pas d’accord met et vin spécifique mais je l’apprécierais plutôt avec un accompagnement pas trop fort en goût.

Vous êtes tous deux amateurs de bière. Quelles sont pour vous les similitudes et les différences avec le monde du vin ?

MR : Il y a une certaine analogie entre bière et vin car on trouve de plus en plus de bières avec un côté noble et intéressant.

CR : Je trouve qu’il y a beaucoup de renouvellement dans la bière avec un rapport qualité-prix qui est défavorable au vin. Dans la bière, on trouve de très bons produits à un prix incomparable si on raisonne en terme de quantité / prix. Pour 7€, vous pouvez avoir dans votre verre 50cl d’un très bon produit, ce qui est loin d‘être garanti avec du vin. Il y a de nouvelles tendances qui se dessinent, notamment avec les kraft beers et les microbrasseries.

MR : On peut très clairement observer cette tendance avec un univers parallèle qui se développe : on trouve de plus en plus de livres pointus sur le sujet et par exemple un grand nombre de kits pour faire sa bière très accessible, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années.

CR : Le mode de consommation est également différent entre la bière et le vin. Ceux qui commandent du vin au Star Ferry sont en général plus âgés. D’autre part, pour le vin, la consommation se fait généralement à table. Avec la bière, on a des occasions de consommation beaucoup plus variées. Le cérémonial de dégustation est quant à lui assez similaire.

Claude, vous proposez plus d’une centaine de bières à la carte entre vos deux établissements le Star Ferry et le Volle Petrol. Où allez-vous chercher votre inspiration pour réaliser votre sélection ?

CR : Elle me vient principalement des clients qui viennent nous parler des bières qu’ils connaissent ou qu’ils découvrent, ou encore des types de bières qu’ils aimeraient trouver à la carte. Il y a également les sites de notation de bière du monde entier qui sont de très bons indicateurs. Il faut aussi garder en tête que le monde de la bière est beaucoup plus marketé que celui du vin. Nous sommes beaucoup plus sollicités.

Marc, dans le cadre de notre dossier spécial sur la rentrée connectée, vous venez nous présenter Shoops, une application destinée notamment aux restaurateurs et aux patrons de bars et clubs…

MR : Oui, Shoops est une start-up 100% lyonnaise qui a vu le jour il y a un an et demi. Il s’agit d’une appli et d’un site internet qui répertorient les bons plans, promos et évènements… On essaie de proposer un contenu assez éditorialisé comme par exemple lors de l’ouverture des terrasses. On délivre aux lyonnais un max d’infos pour sortir de la routine et découvrir de nouveaux lieux. Pour les CHR, c’est une opportunité de communiquer sur leur activité et de faire venir une nouvelle clientèle. Nous offrons un service qui colle aux besoins des CHR : ce sont eux qui sont maîtres de ce qu’ils diffusent, de la durée, du budget… Aujourd’hui, l’appli a été téléchargée près de 15 000 fois, nous avons 1500 utilisateurs par semaine, et côté client, nous recensons plus de 800 commerçants, majoritairement issus du CHR.

CR : En quoi cela est-il différent de Facebook où nous relayons déjà nos offres ?

MR : Facebook adresse majoritairement une clientèle déjà acquise. On est principalement sur de la fidélisation. Avec Shoops, on peut communiquer auprès d’une nouvelle clientèle potentielle, sans être perdu dans le flux d’informations qui circule déjà sur Facebook. Nous sommes cependant en train de travailler sur un lien entre les infos présentes sur Shoops et celles diffusées sur Facebook pour gagner encore plus de visibilité.

shoops coup de coeur

Article précédent Article suivant

Vous pourriez également aimer ceci